Approche des principes de l’Éducation Nouvelle

L’Éducation Nouvelle est un courant pédagogique qui défend le principe d’une participation active des individus à leur propre formation. Elle déclare que l’apprentissage, avant d’être une accumulation de connaissances, doit être un facteur de progrès global de la personne. Pour cela, il faut partir de ses centres d’intérêt et s’efforcer de susciter l’esprit d’exploration et de coopération : c’est le principe des méthodes actives. Elle prône une éducation globale, accordant une importance égale aux différents domaines éducatifs : intellectuels et artistiques, mais également physiques, manuels et sociaux. L’apprentissage de la vie sociale est considéré comme essentiel.

L’Éducation Nouvelle s’appuie sur les principes de la pédagogie active et la confiance dans les ressources propres à chacun. Elle prône un apprentissage à partir du réel et du libre choix des activités. Les différents pédagogues de ce mouvement expriment de diverses manières cette nécessité de favoriser l’expérience personnelle : pour John Dewey, on apprend en faisant (« Learning by doing »), Freinet lui fait écho en parlant de tâtonnement expérimental. Decroly estime qu’il faut des centres d’intérêts.

Cependant, l’éducation nouvelle ne se limite pas à un enseignement par des méthodes actives venant se substituer à l’enseignement magistral. Elle estime que l’éducation ne peut isoler l’enseignement des matières académiques des autres champs de l’éducatif, et attache une importance égale à tous les domaines : intellectuels, artistiques, mais également physiques, manuels et sociaux. C’est une éducation globale, où est important le milieu de vie élaboré par l’école.

L’apprentissage de la vie sociale est essentiel : depuis le « self-government » de Summerhill aux conseils coopératifs de la pédagogie institutionnelle, le respect de l’individu implique qu’il soit partie prenante des règlements qui régissent sa vie.

La pédagogie active – on parle aussi de méthodes pédagogiques actives – a pour objectif de rendre l’apprenant acteur de ses apprentissages, afin qu’il construise ses savoirs à travers des situations de recherche.

Freinet écrivait en 1964 dans ses invariants pédagogiques :

« La   voie   normale   de   l’acquisition   n’est   nullement   l’observation,   l’explication   et   la démonstration, processus essentiel de l’Ecole, mais le tâtonnement expérimental, démarche naturelle et universelle ».

« Les acquisitions ne se font pas comme l’on croit parfois, par l’étude des règles et des lois, mais par l’expérience ».

Un élément important de la pédagogie active est la notion de projet. Dans cette acceptation, le terme projet désigne

La conception, la prévision d’une démarche selon laquelle l’esprit doit déployer une activité véritable en vue d’une fin, précise.

Le projet comporte :

  • Des difficultés, que l’apprenant doit surmonter ;
  • Des problèmes qu’il doit résoudre ;
  • Des contenus qu’il doit comprendre, définir, assimiler, réutiliser ;
  • Des plans qu’il doit élaborer, mettre en œuvre.

On passe ainsi d’une séquence traditionnelle : Cours (assimilation de notions) ;

  • Exercices (mise en application des notions) Contrôle (évaluation)

A une séquence adaptée : Confrontation à un problème concret ;

  • Recherche d’information concernant ce problème (autoformation) ;
  • Recherche d’une solution au problème,
  • L’évaluation portant sur la globalité de la démarche, et notamment sur le savoir être.

La pédagogie active est de fait moins cadrée que la pédagogie « traditionnelle », pour laquelle on a un référentiel (programme à suivre) et des exercices calibrés pour tester les savoirs et savoir-faire. Avec les méthodes actives, l’apprenant est certes encadré, mais il est plus autonome dans sa démarche, et le travail se fait parfois en groupe. Il faut donc présenter de manière claire à l’apprenant les objectifs de la démarche et les critères d’évaluation. On parle souvent de « contrat technique et pédagogique » : ce contrat présente les attentes techniques au sens large, et selon la matière enseignée : compétences qui devront être mises en œuvre, volume du travail à fournir, résultat final attendu et pédagogiques.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *